Bienvenue

Bienvenue à toi, aventureux surfeur, qui vient s'échouer en quête de sens gustatif. Ici tu trouveras des récits d'agapes, des notes de dégustations bacchiques et des adresses prometteuses compilées avec amour.

lundi 30 avril 2012

Marathon bourguignon (6/6)


Le lundi sur la Côte ressemble beaucoup au dimanche : tout est fermé. Et les rares restaurants ouverts sont complets. Une chance, il reste une table au Sushikaï à Beaune.

L'amuse-bouche : Cappuccino de chou-fleur.

Foie gras de canard poêlé, navet mariné, sauce miso saikyo

Le miso saikyo est un miso blanc légèrement sucré. L'accord salé/sucré avec le foie gras fonctionne très bien, tout en fondant et douceur.

Dorade mi-cuite, mi-fumée, cueillette de saison au vinaigre

Une entrée surprenante. La dorade prend des saveurs de haddock mais avec beaucoup de fraicheur.

Assortiment de suhi


Assortiment de sashimi


Ris de veau en yakitori, poireaux grillés

Petit bémol : malgré des saveurs sympathiques, le ris est un peu trop ferme.

Saumon et feuille de nori, sauce dengaku-miso et sésame, vinaigrette soja et ail

Le plus beau des premiers plats : le saumon est farci de nori, adouci par le miso légèrement sucré. Les navets sont succulents.

Pigeon de M. Michon grillé, sauce au poivre de Sichuan, cromesquis de foie gras de canard pané au panko


Magret de canard en émincés, sauce madère, soja et wasabi, fondue de poireaux grillés


Brie, sésame noir et shiso

Un accord étonnant. La douceur du brie atténue la puissance du shiso et le shiso sert d'exhausteur au fromage. Le sésame apporte une jolie petite note grillée.

Délice O'range

Fromage blanc, orange et granité. Très frais et léger.

Laurent Peugeot a légèrement revu le concept de son restaurant en y mettant une équipe de cuisine 100% japonaise. Il est assez similaire à ce qu'on peut trouver au Miyabi de Patrick Gauthier : des produits français traités à la japonaise. Le résultat est excellent.



Un gros bémol cependant. Le vin que nous avons choisi, après une suggestion appuyée, n'était pas à la hauteur de notre attente. Le Viré-Clessé 2008 du Domaine Michel et Fils a un nez intéressant (abricoté, fleur de pêcher), la bouche est équilibrée, encore un peu boisée avec une bonne longueur. Malheureusement, il dérive rapidement vers l'oxydation et des notes de vernis. Bof, bof..



François

Marathon bourguignon (5/6)


Courte visite au Domaine des Lambrays pour récupérer nos 2009.

Nous tombons sur le facétieux Thierry Brouin qui se demande si nous avons bien passé commande et si nous les méritons. Nous le suivons à la cave pour une mini-dégustation.

Nous débutons par un assemblage de fûts du Clos des Lambrays 2011 (50% de fûts neufs).
Un nez de fruits noirs mûrs. Une bouche en structure élégante, riche, aromatique. Des tannins présents et élégants.
Encore en devenir mais Très Bien

Clos des Lambrays 2010, mis en bouteille la semaine précédente.
Un nez expressif et fin, très élégant, vanillé. Une bouche de pinot fin et aromatique. Très long.
Excellent

Clos des lambrays 2009.
Le nez est fermé. Attaque veloutée, la bouche s'épanouit sur des tannins puissants. Bel équilibre.
Excellent, mais à attendre

Nous repartons avec nos 2009 mais sans avoir au préalable commandé les 2010. Clairement, ces trois millésimes sont excellents. 2011 et 2009 sont magnifiques mais 2010 défiera le temps.

François

Marathon bourguignon (4/6)


Il y a quelques années, à l'occasion d'une vente aux enchères, j'avais acquis trois bouteilles de Nuits-Saint-Georges blanc. Après les avoir goutées, ce qui m'apparaissait, à l'époque, pour une curiosité, est devenu une évidence : on peut faire de grands blancs à Nuits-Saint-Georges, comme ce 1er Cru Clos de l'Arlot 1999.

Depuis 1987, le Clos de l'Arlot, monopole du Domaine de l'Arlot, est la propriété d'Axa Millésimes. Le Domaine est également l'unique propriétaire du 1er Cru Clos des Forêts-Saint-Georges.

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous avec Jacques Devauges, le Directeur Technique du Domaine, qui nous conduit directement dans la cave pour une découverte des vins du Domaine et une étude de terroir du Clos des Forêts-Saint-Georges.

Nous commençons par les fûts de 2011 :

Côte de Nuits Villages (Comblanchien), 20% de fût neuf, malo faite.
Un nez légèrement réduit. La bouche est équilibrée, avec une matière fine et épicée.

Nuits-Saint-Georges "Petit Arlot", jeunes vignes (1998-2000) du Clos de l'Arlot, déclassées en appellation village, la malo n'est pas faite.
Un nez expressif. La bouche est fraiche, agréable, avec une belle structure.

Vosne-Romanée, jeunes vignes replantées en 2003 sur le 1er Cru Les Suchots et déclassée en appellation village.
Une bouche toute en fruit, structurée mais élégante. On sent que la malo n'est pas tout à fait terminée. Très prometteur.

Nuits-Saint-Georges 1er Cru Clos de l'Arlot
Un nez profond de tabac. La bouche est harmonieuse. Tout est là et tout est déjà en place : tannins présents et fins, rondeur et structure.
Très Bien (bien qu'encore en élevage)

Vosne-Romanée 1er Cru Les Suchots, vieilles vignes de 45 ans.
Un nez d'immortelles, très Vosne. La bouche est fraiche, avec des tannins présents mais veloutés, épicée.
Très Bien (comme le précédent)

Nous attaquons ensuite les fûts qui vont composer le 2011 du Nuits-Saint-Georges 1er Cru Clos des Forêts-Saint-Georges (les malos ne sont pas encore faites) :

Les Petits Plets, jeunes vignes de la partie centrale du bas du Clos.
Le nez est "dur". La bouche est souple, sur l'acide malique et le grain de café.

Les Petits Plets, milieu de coteau, côté Nuits.
Un nez de cassis. La bouche est structurée et tendue, aromatiquement neutre.

Vieilles Vignes du bas du Clos, côté Nuits et côté Premeaux.
Un nez fermé. Une bouche en profondeur avec plus de structure et plus de tannins, belle fluidité.

Le haut du Clos, côté Premeaux, vigne plantée en 1982.
Un nez de muscade. La bouche est élégante, encore serrée.

Le haut du Clos, partie centrale.
Un nez de silex. La bouche est veloutée et robuste. Beau fruit et grain de café.

Le haut du Clos, côté Nuits.
Le nez poivronne. La bouche est équilibrée avec une finale cassis entre feuille et fruit. Le vin est très beau et sera encore mieux une fois la malo faite.

Vieilles Vignes du milieu du coteau, côté Premeaux, plantées en 1953 et 1956.
Un nez de toffee. Belle structure en bouche avec de la profondeur, riche.

Nous terminons avec le Grand Cru Romanée-Saint-Vivant.
La bouche est superbe, épicée et florale, avec des tannins veloutés. Pourquoi attendre ???


Nous terminons la visite par une horizontale de 2007 (en bouteilles évidemment) :

Nuits-Saint-Georges 1er Cru Clos de l'Arlot rouge
La bouche est flatteuse en sucrosité, fine et aromatique (noisette/praliné). Très sapide/digeste.
Bien/Bien+

Nuits-Saint-Georges 1er Cru Clos des Forêts-Saint-Georges
Une bouche en fruit, équilibrée, harmonieuse. Une belle tenue en finesse.
Bien/Bien+

Nuits-Saint-Georges La Gerbotte blanc
Un nez floral et végétal. La bouche est veloutée, harmonieuse. Finale crémée.
Bien

Nuits-Saint-Georges 1er Cru Clos de l'Arlot blanc
Un beau nez minéral. Une bouche structurée, élégante, longue.
Très Bien

François

dimanche 29 avril 2012

Marathon bourguignon (3/6)


Après cette belle dégustation, nous n'allions pas quitter notre ami Alain Jeanniard sans notre traditionnel resto. Pour cette fois, après avoir aperçu quelques charolaises paissant, est venue à Ma Comtesse une envie de viande!

Votre mission, si vous l'acceptez, trouver un restaurant de spécialités bouchères, de surcroit ouvert un dimanche soir...

Mission impossible? Presque! Heureusement pour nous, le Graal existe. Le Sauvage nous attend à Dijon.

Attention, petits et/ou fragiles estomacs s'abstenir. Ici, les amateurs de barbaque en ont pour leur argent. Jugez plutôt...

Comme les fillettes ne sont pas de sortie, des petites entrées pour nous mettre en palais :

Os à moelle (pour une personne! mais partagés à deux)...


...et Œufs en meurette.


Puis les choses sérieuses commencent :

T-bone...


...Rognon de veau (entier)...


...et Côte de veau.


Pour des carnassiers comme nous, c'est un festin. Les viandes sont exquises et justement cuites. Les sauces et les accompagnements (ratatouille, gratin dauphinois, salade) sont parfaits.





Pas question de faire dans la demi-mesure lors du choix du vin. La carte est fort bien fournie en produits locaux, à des tarifs intéressants. C'est parti pour un Grand Cru, le Corton Clos du Roi 2001 du Domaine de la Pousse d'Or. Un passage en carafe le libère de son carcan de verre et il se livre dans un registre musclé et élégant à la fois.






Une petite place pour le dessert? Ben oui...
Découvrez donc en images animées (une première) les Crêpes flambées au Grand Marnier.
video


Vous l'aurez compris, si la faim vous démange, voire vous tiraille, rendez visite au Sauvage.

François


Le Sauvage
64 rue Monge
Dijon

Marathon bourguignon (2/6)


Notre (petit) marathon de dégustations commence par une visite à notre ami Alain Jeanniard, vigneron à Morey-Saint-Denis.

Quelques fûts de 2011 avant les bouteilles.

Hautes-Côtes de Nuits blanc, fût de 2007.
Un nez levuré, pomme, floral, chamallow. La bouche est fraiche, fruitée, avec de la rondeur.

Hautes-Côtes de Nuits blanc, fût neuf de la Tonnellerie de Mercurey.
Beau nez boisé mais avec un beau fruit (poire). En bouche, le fût est plus marqué (vanillé, cèdre de Virginie) mais le vin est très beau, sans sècheresse.

Hautes-Côtes de Nuits blanc, fût neuf de la Tonnellerie François.
Au nez, pas de bois mais de la poire et de la cacahouète grillée. La bouche a plus d'acidité, plus de tension que la précédente. Aussi un peu asséchante.

Bourgogne Passe-Tout-Grain rosé, 50% Gamay.
Un nez qui renarde, un peu réduit. La bouche est gourmande, avec du gras, équilibrée.


Passons aux bouteilles.

Côtes de Nuits blanc 2010
Un nez expressif, légèrement boisé, floral (fleurs blanches) et pamplemousse rose. La bouche est en rondeur avec une acidité fine et de la longueur.
Bien

Bourgogne Passe-Tout-Grain 2009
Un nez expressif, jus/noyau de cerise noire, poivré. La bouche est profonde avec des tannins fins et une longueur moyenne.
Bien

Morey-Saint-Denis 2009
Un nez expressif de petits fruits rouges, cerise/kirsché. La bouche est pleine, équilibrée, avec des tannins présents et une longueur moyenne. Il fait plus Chambolle que Morey.
Bien+/Très Bien

Gevrey-Chambertin 2009
Un nez de fraise/framboise. Belle bouche tendue aux tannins serrés. De la longueur et un beau potentiel.
Bien+

Chambolle-Musigny 2009
Un nez de cassis réglissé, lacté, framboise. La bouche est tendue et veloutée. Légèrement asséchante cependant. Belle longueur.
Bien/Bien+

Morey-Saint-Denis Vieilles Vignes 2010
Un beau nez profond de cerise. La bouche est équilibrée, aromatique, très élégante. L'archétype de Morey.
Très Bien

Chambolle-Musigny 1er Cru Les Combottes 2010
Un nez minéral (graphite). La bouche est élégante, sapide.
Bien+

Morey-Saint-Denis 1er Cru Les Chenevery 2010
Un nez lait de coco. La bouche est très élégante, très longue.
Bien+/Très Bien

Depuis que je connais Alain et que je déguste ses vins, je suis toujours bluffé par la qualité d'ensemble de sa gamme et la précision des terroirs. Qu'il s'agisse de son Cote-de-Nuits Villages ou de son Morey Vieilles Vignes, il sait les réussir, avec amour et modestie. Merci Alain.

François

Marathon bourguignon (1/6)


Après la Champagne, la Bourgogne.

Avant d'attaquer les dégustations, nous faisons light en rendant visite au restaurant japonais référence de Beaune : Bissoh.

Pour ma Comtesse, le menu Sushi-Sashimi :

Maki au crabe frit

Sushis : Bar, Liche, Thon assaisonné...

...Dorade royale, Saint-Pierre, Saumon mi-cuit

Sashimis : Dorade, Thon, Liche, Saumon mi-cuit

Le tout servi avec un riz blanc et une soupe miso.


Pour moi, le menu Poisson grillé :

Asperges blanches vapeur

Huitres Gillardeau panées

Légine grillée / Riz

Pour finir, un Flan au sésame noir, crème Matcha.



Inutile de vous dire que tout se passe de commentaires. En revanche, la curiosité de notre repas est le vin avec lequel nous l'avons accompagné : un Crémant de Bourgogne Blanc de Blancs Vitteaut-Alberti. Un assemblage de Chardonnay (80%) et Aligoté peu dosé dont la vivacité s'accorde bien à nos plats.

Uhe fois de plus, Bissoh a fait honneur à sa réputation. Une très bonne alternative aux spécialités bourguignonnes des restaurants de la région.


François

samedi 21 avril 2012

WWW.TLBCOUF.COM

Eh oui, les choses changent.
Aujourd'hui, votre blog favori (enfin, nous l'espérons...) change d'adresse. Plus précisément, il gagne une adresse supplémentaire, plus courte, plus simple, plus facilement mémorisable.

Retrouvez nous donc (également) à www.tlbcouf.com.

Gwenola & François

mercredi 18 avril 2012

Midam


Nouvelle découverte au gré de mes pérégrinations dans l'Est parisien : Midam, un restaurant coréen de poche.

Le lieu ne paye pas de mine dans une Rue de Montreuil (11ème) pas franchement animée. Une petite salle sobrement décorée où flotte des odeurs de cuisine aguichantes.
La carte est courte (seulement deux pages) et cinq menus sont proposés, de 11€50 à 15€50. Je choisis le menu B à 12€50.

Kimbap : rouleaux végétariens à la manière d'un petit futomaki. Carotte, concombre, radis mariné, omelette, poivron et un ingrédient mystère que je n'ai pas reconnu. C'est bon et léger.

Calamar et porc pimenté, accompagné avec du riz blanc, du soja, de la courgette et des cacahouètes en sauce (!). C'est un beau plat, gouteux et évidemment relevé, mais je me suis fait la bouche avec le thé (voir plus bas) et donc tout va bien. Les accompagnements sont bienvenus pour rafraichir le palais.

Avec ce menu, je bois un Ssanghwatcha ou thé royal coréen. C'est un thé noir, sucré et agrémenté de gingembre, voire de ginseng (les coréens en raffolent). Ça pique un peu mais c'est bon.

Tout ce piquant donne chaud mais je suis rassasié. Pour une addition de 16€50 (12€50 si vous faites l'impasse sur le thé), c'est tout à fait acceptable.

François

Midam
38, rue de Montreuil
Paris XI
01 43 70 83 46 (réservation conseillée)

lundi 16 avril 2012

Marathon champenois (étape 5/5)


Aujourd'hui, 4ème édition de Terres et Vins de Champagne à Ay.



Aurélien Laherte, Champagne Laherte Frères
Beaucoup de vivacité.

Vin clair Chardonnay de Chavot, élevé en barriques.
Un nez très expressif floral (fleurs blanches). Une bouche très vive avec de beaux fruits blancs et jaunes.

Vin clair Pinot Meunier, vieilles vignes sur terroir crayeux, base des Vignes d'Autrefois.
Encore un nez très floral (tubéreuse, pivoine). La bouche est vive et aromatique. Acidité saline en finale(craie).

Vin clair Pinot Noir sur calcaire.
Un nez discret d'hydrocarbure et de fruits jaunes. La bouche est équilibrée avec une acidité moins mordante. Belle longueur sur les fruits rouges.

Champagne Blanc de Blancs Nature, 50% 2008, 50% 2009, dégorgement 09/2011.
Un nez expressif et fin de fruits jaunes et fleurs de cerisier. La bouche est très vive et structurée.
Bien+

Champagne Vignes d'Autrefois, 100% Pinot Meunier, base 2008, dégorgement 01/2012, dosé à 4g.
Le nez est identique à celui du vin clair, avec de l'ylang. La bulle est un peu présente. La bouche est vive, sur le citrus, mais belle.
Bien+/Très Bien

Champagne Les Empreintes, 50% Chardonnay, 50% Pinot Noir, base 2008.
Nez légèrement muscaté et poire. Bouche très vive avec de la structure.
Bien/Bien+



Francis Boulard

Vin clair Chardonnay vieilles vignes de 30 ans, fermentation en fût.
Un nez expressif et mentholé, poire, pomme croquante. Une bouche fine (malo faite), avec une belle finale.

Vin clair Chardonnay de 50 ans, base des Rachais.
La bouche est équilibrée, structurée, longue.

Vin clair Pinot Noir et Chardonnay, base de Petraea pour la solera 2010-2011.
Un nez très expressif et très complexe, fruits jaunes et fleurs. La bouche est élégante bien qu'un peu aqueuse.

Champagne Blanc de Blancs Vieilles Vignes, base 2009, dosé à 5g.
Un nez levuré. La bouche est gourmande, riche, avec une bulle présente et légère.
Bien+

Champagne Les Rachais, base 2006, zéro dosage.
Un nez de caramel/toffee. Une attaque franche. La bouche est vive, élancée mais gourmande. Manque cependant un peu de corps.
Bien/Très Bien

Champagne Petraea, solera de 1997.
Un nez de fruits jaunes, complexe. La bouche est vive et ample. Belle amertume et belle longueur.
Très Bien

Champagne Les Rachais 1996
Un nez levuré. Une bouche évoluée, élégante, avec des arômes de rancio.
Très Bien


Alexandre Chartogne, Champagne Chartogne-Taillet

Vin clair Orizeaux, Pinot Noir, vinifié en cuve en œuf.
Un nez de fruits rouges et jaunes. Une bouche lactée, crémeuse, aromatique, équilibrée.

Vin clair Le Chemin de Reims, Chardonnay.
Un nez très expressif et complexe. Une bouche plus structurée mais avec une belle finesse, avec des arômes boisés et une finale exotique.

Vin clair Les Barres, Pinot Meunier non greffé.
Un nez discret, de beaux fruits blancs et agrumes.
Une bouche structurée, beurrée, avec une belle acidité et une très belle aromatique. De la longueur.


Champagne Les Barres, base 2008.
Un nez élégant et expressif. Belle bouche équilibrée, structurée, aromatique. Très long.
Très Bien.

Champagne Chemin de Reims, base 2009.
Une belle bouche tendue mais élégante.
Bien+

Champagne Orizeaux, base 2008.
Belle bouche florale, aérienne, mais encore boisée.
Bien/Bien+



Françoise Bedel

Vin clair Pinot Meunier, base 2011 sur limons et marnes, malo faite.
Un très beau nez expressif de fruits, framboise et poire William. La bouche est équilibrée, iodée et fruits jaunes.

Vin clair Pinot Meunier, base 2011 sur argiles et marnes, malo faite.
Un nez iodé et tabac. Une bouche plus vive sur le tabac blond.

Vin clair Chardonnay, base 2011 sur marnes, malo faite.
Un nez de civette. La bouche est tendue (oui, la malo est faite !) et équilibrée.

Champagne Origin'Elle, Extra-Brut, base 2006, 84% Pinot Meunier, 12% Chardonnay, 4% Pinot Noir.
Un nez crayeux. La bouche est gourmande, longue, avec de beaux fruits jaunes.
Bien+

Champagne Origin'Elle, Brut, base 2007.
Un nez discret, fromager. La bulle est plus présente. La bouche est plus gourmande, plus ample et plus acide. On sent le dosage mais moins le boisé.
Bien


Champagne Entre Ciel et Terre, Blanc de Noirs, 80% Pinot Meunier, 20% Pinot Noir, base 2004.
Un nez boisé qui pinote. La bouche est tendue mais gourmande, amandée. Une persistance carbonique qui donne de la fraicheur. De la longueur.
Très Bien

Champagne Âme de la Terre 2003, Extra-Brut, 67% Pinot Meunier, 17% Pinot Noir, 16% Chardonnay.
Une bouche fine, ample et mûre.
Bien+



Pascal Doquet

Champagne Brut Nature, Vertus, base 2006 + réserve 2004 et 2005.
Un nez de pomme, frais et levuré. Bouche fraiche, juteuse et croquante, avec une bulle moyenne.
Bien/Bien+

Champagne Le Mesnil Extra-Brut, dosé à 3,5g, 1/3 2003, 2/3 2004)
La bouche est plus dure que le Brut Nature, droite et vive, citrus et fruits mûrs.
Bien

Champagne Le Mesnil 2004, Extra-Brut, dosé à 4,5g, 50% passés en fût.
Un nez lacté. La bouche est onctueuse, plus profonde et plus vive, avec de l'amertume. Finale de fruits gourmande.
Bien.



Benoit Tarlant

Vin clair Le Four à Chaux, 2/3 Petit Meslier + Arbanne + Pinot Blanc, 2011 + 2010 + 2009 + 2008 + 2007.
Un nez fruité de Pinot Blanc, poire, pêche blanche. La bouche est vive et très aromatique.

Vin clair Mocque Tonneau, Pinot Noir.
Un nez de framboise et fraise des bois. Une bouche vive d'acidité citrique, arômes de fruits rouges.

Vin clair Les Crayons, Chardonnay.
Un beau nez floral. La bouche est vive, toute en acidité, avec une belle longueur, poire et fruits jaunes.


Champagne Vigne d'Or 2003, Blanc de Meuniers, dosé à 2g.
La bouche est riche, avec un bel équilibre sucre/acide. Belle longueur sur le citrus et la poire.
Bien/Très Bien

Champagne La Vigne Rouge 2003, Pinot Noir.
Un nez élégant. La bouche est riche, aromatique, un panier gourmand de petits fruits rouges croquants, avec de la longueur.
Très Bien

Champagne Cuvée Louis 1996, dégorgé pour le salon et non dosé.
Une note légère d'évolution. La bouche est onctueuse avec beaucoup d'élégance, une belle acidité et de la longueur.
Très Bien


François

dimanche 15 avril 2012

Marathon champenois (étape 4/5)


Entre deux dégustations de champagne, il faut se rincer la bouche, si possible avec autre chose que du champagne…

Sitôt dit, sitôt fait !

L’apéritif commence avec un Jurançon Sec « Chant des Vignes » 2006 du Domaine Cauhapé. La vivacité de la jeunesse a laissé place à un peu plus de rondeur mais aussi hélas à des notes oxydatives qui tempèrent un peu notre plaisir.









Au menu ce soir : côte de bœuf. Faute de soleil, c’est dans le four que la bête cuit. Malgré tout, la viande est saignante à cœur et nous nous régalons.





Il fallait du lourd pour le Charolais. C’est chose faite avec cet Opus One 1987. Un nez de Cabernet évolué laisse présager une bouche tout en finesse. Surprise, si les tannins sont fondus, la bouche est mûre et veloutée avec un très beau fruit et du cacao. Il est loin d’être sur le déclin. Excellent (merci au p'tit Gautier !)





La côte sanguine appelait un vin lui aussi sanguin. C’est pourquoi nous avions sélectionné le Côte-Rôtie 2004 du Domaine Jamet. Après ses années de jeunesse et une phase de fermeture, il commence à s’ouvrir et à développer des notes animales. Cependant, les tannins sont encore présents ainsi que des fruits noirs. Excellent également.


Pas de dessert sans une petite douceur. Pour le gâteau chocolat-framboise, il nous fallait un rouge. Le Banyuls Rimage La Coume 1989 du Domaine du Mas Blanc était tout indiqué. En bouche, l’alcool est bien maitrisé et tempéré par des tannins souples et une aromatique riche et complexe (cerise à l’eau de vie, prune).

A suivre...

François

Marathon champenois (étape 3/5)



Aujourd’hui, les choses sérieuses commencent avec le salon organisé à Épernay par Terroirs et Talents de Champagne.

14 vignerons (de talent bien sûr) nous attendent pour nous faire découvrir vins clairs et champagnes. Au sujet des vins clairs, si vous avez vous aussi envie de gouter les vins avant champagnisation, sachez qu’il est préférable que les personnes à l’émail dentaire sensible s’abstiennent. En effet, la plupart sont présentés fermentation malolactique non faite et les niveaux d’acidité sont redoutables. Mais l’exercice est néanmoins très intéressant.

Les maisons sont présentées dans un ordre semi-alphabétique qui n’est pas celui de notre dégustation, mais qu’importe… Nous avons retenu celles qui ont présenté pour nous le plus grand intérêt.

Champagne Aspasie (Brouillet, Vallée de l’Ardre)
Belle maitrise des vieux cépages.

Vin clair Cépages d’Antan, récolte 2011. 40% Petit Meslier, 40% Arbanne, 20% Pinot Blanc.
Un nez aromatique (jus de pomme, framboise blanche) . En bouche, une belle acidité avec le fruit de l’Arbanne.

Champagne Cépages d’Antan, base 2006, dosé à 6g.
Une bouche fraiche, très gourmande, acidulée et fruitée.
Très Bien

Vin clair Brut Blanc de Blancs, récolte 2011.
Un nez de coquillage. Une bouche avec assez peu de vivacité (malo faite) mais de la longueur (citrus et pêche blanche).

Champagne Brut Blanc de Blancs, dosé à 7g.
Un nez de coquillage, craie, acide citrique. La bouche est riche, un peu trop dosée à mon gout, surtout pour un Blanc de Blancs.
Moyen

Vin clair Brut Millésime 2011. 1/3 Pinot Noir, 1/3 Chardonnay, 1/3 Pinot Meunier.
Nez de citrus et fruits blancs. La bouche est équilibrée avec une belle vivacité.

Champagne Brut Millésime 2007.
Un nez d’agrumes. La bouche est ample et gourmande.
Bien


Champagne Coessens (Ville sur Arce, Côte des Bars)
Une gamme cohérente et d'une qualité homogène.

Vin clair Blanc de Noirs
Un nez expressif de citrus. La bouche est agréable, équilibrée, plutôt longue.

Vin clair Blanc de Noirs élevé en fût.
La bouche a plus d’ampleur avec la même trame acide et un joli boisé. Plus de complexité en finale.

Champagne Largillier Blanc de Noirs, base 2008, dosé à 9g.
Le nez est boisé. La bouche est riche, vineuse, très minérale, avec un sucre bien intégré.
Bien

Champagne Largillier Brut Nature, blanc de noirs, base 2006.
Un nez d’agrumes. La bouche est très vive (un peu trop pour moi) avec de l’amertume. Une jolie aromatique cependant (amande, frangipane).
Bien

Champagne Largillier Rosé de Saignée.
La bouche est crayeuse, à la fois vineuse et vive, gourmande. De beaux fruits rouges acides (groseille).
Bien

Champagne Largillier Les Sens Boisés, élevé en petits fûts de chêne.
Une acidité mordante et de l’amertume renforcée par le boisé mais une jolie aromatique.
Bien+


Champagne De Sousa (Avize, Côte des Blancs)
De très beaux vins clairs qui donnent évidemment de beaux champagnes.

Vin Clair 100% Chardonnay Grand Cru en cuve.
Nez expressif, un peu de lie, bnbon anglais, pomme/poire. Une attaque souple, une bouche vive avec une belle amertume. Acidité de pomme.

Champagne Brut Réserve, tirage 2009, dégorgement 2011, dosé à 7g. 30% de vin de réserve.
Un beau nez de jus de pomme, de fruits croquants et des notes florales. Une bouche élégante avec une petite note grillée/boisée.
Bien

Vin clair 50% Chardonnay, 50% Pinot Noir, 50% cuve, 50% fût.
Un nez complexe et floral (fleurs blanches). La bouche est équilibrée entre structure et acidité, mûre et bonbon anglais.

Champagne Cuvée 3A (Avize, Ay et Ambonnay). Extra Brut (3g), dégorgement fin 2011).
Un nez de fruits rouges de Pinot, poire et pamplemousse. La bouche est équilibrée, harmonieuse, complexe. De la rondeur sur une trame acide et une finale fine de petits fruits.
Bien+

Vin clair 100% Chardonnay Grand Cru en fût de chêne. Fûts bourguignons, 10% neufs, vignes de plus de 50 ans.
Un nez boisé, complexe, avec une belle profondeur. La bouche est vive mais maitrisée, le chardonnay est bien arrondi par le bois.

Champagne Cuvée des Caudalies, 100% Chardonnay Grand Cru, 50% fût de chêne, 50% solera 1995-2008.
Une petite note d’évolution au nez. La bouche est complexe avec de la profondeur et une belle longueur.
Très Bien.


Champagne Philippe Gonet (Le Mesnil sur Oger, Côte des Blancs)
La qualité est inégale mais un accessit pour la cuvée Belemnita.

Vin clair Chardonnay de Chantemerle.
Un nez de sucre cuit, floral, abricot. Une bouche vive et florale (fleurs blanches).

Vin clair Chardonnay de Montgueux.
Nez de citrus. Bouche très minérale, tendue, citronnée.

Vin clair Chardonnay du Mesnil.
Nez levuré, acide butyrique. Bouche vive et minérale.

Champagne Blanc de Blancs Extra-Brut 3210, base 2007, Montgueux et Mesnil.
Nez levuré et citrus. Une bouche très boisée, toastée.
Moyen

Champagne Blanc de Blancs Grand Cru Roy Soleil, 100% Mesnil, élevage d’1/3 en demi-muids pour la malo, dosé à 7g.
Une bouche ample, gourmande mais vive. Bulle crémeuse.
Bien

Champagne Blanc de Blancs Grand Cru Bellemnita 2004, Mesnil, tirage 2005.
Un nez complexe. Une bouche ample et complexe, vineuse.
Très Bien.


Champagne Janisson-Baradon et Fils (Épernay)
Très jolie gamme.

Vin clair Chardonnay d'Épernay 2011.
Un nez floral et de fruits blancs/jaunes. La bouche est fluide (malo faite) avec une acidité citrique fine.

Vin clair Pinot Noir d'Épernay 2011.
Nez de pêche blanche. Plus de matière en bouche. Acidité minérale.

Vin clair 50% Pinot Noir, 50% Chardonnay, assemblage 2011/2010.
Nez floral. Boisé et citrus en bouche, avec plus de complexité (gras).

Champagne Non Dosé, 2005.
La bulle est fine mais un peu présente. Nez de citrus. La bouche est boisée mais onctueuse, longue et élégante.
Moyen/Bien

Champagne Toulette 2005, chardonnays muscatés plantés en 1947, sans malo, élevage en fûts de chêne, dosé à 5g.
Bouche vive, élégante et harmonieuse, avec de l’amertume en finale.
Bien+

Champagne Tue Bœuf 2005, 100% Pinot Noir sans malo, dosé à 5g.
La bouche est riche, onctueuse, pâtissière et vineuse.
Très Bien


Champagne Maxime Blin (Trigny, Massif de Saint-Thierry)
Une belle découverte. De beaux vins de caractères présentés par un vigneron très sympathique.

Vin clair Pinot Noir 2011, élevé en cuve.
Un nez gourmand, très expressif de groseille/fraise/framboise. Une bouche vive d’agrumes.

Vin clair assemblage 1/3 Chardonnay 2011, 1/3 Pinot Meunier 2011, 1/3 Pinot Noir 2010.
Un nez assez fermé, très complexe, épices, viande, un peu végétal. La bouche est équilibrée, un peu végétale. On sent la vinification en fût.

Vin clair rosé de saignée, passé en fût neuf.
Un joli nez vanillé/fumé. La bouche est un peu boisée mais intéressante.

Champagne Brut Carte Blanche, Blanc de Noirs 80% Pinot Meunier, 20% Pinot Noir, vendange 2008,
Un beau nez de fruits jaunes. La bouche est riche mais acide. Le dégorgement datant de décembre 2011, il doit se mettre en place.
Bien

Champagne Cuvée Maxime, assemblage des tiers.
Un nez de pain d’épices/miel. Belle bouche riche.
Très Bien

Champagne Brut Rosé, rosé d'assemblage.
Un nez de petits fruits rouges. Bouche très gourmande, acidulée, fruits rouges (framboise).
Très Bien


Champagne Serge Mathieu (Avirey Lingey, Côte des Bars)
Autre belle découverte de vins d'un rapport qualité/prix remarquable.

Vin clair 100% Pinot Noir
Un nez expressif de fruits rouges et blancs. La bouche est fluide, aromatique (florale, rose, gardénia) mais un peu aqueuse.

Vin clair 100% Chardonnay, 90% 2011, 10% 2010.
Un nez lacté (petit lait) et de fruits blancs et jaunes. La bouche est en acidité fine (agrumes).

Vin rouge, vieilles vignes.
Un nez poivré, un peu Pineau d’Aunis. En bouche également, fraise et poivre.

Champagne Tradition, 100% Pinot Noir, base 2007 et 2008, tirage 2009, dosé à 9,5g.
Un nez expressif, fruité. La bouche est riche (un peu dosée à mon gout), tannique, avec une belle aromatique et un équilibre intéressant.
Bien

Champagne Millésimé 2005, 100% Pinot Noir, dosé à 8,5g.
Un nez frais de fruits blancs/citrus. La bouche est ample, riche, avec une belle longueur.
Bien+

Champagne Cuvée Prestige, base 2007, 20% 2006, tirage 2008, dosé à 6g.
Un nez vif de bonbon anglais et pamplemousse rose. Une acidité plus marquée mais ça reste riche et gourmand. Long, équilibré.
Bien+/Très Bien

A suivre...

François

samedi 14 avril 2012

Marathon champenois (étape 2/5)


Après d'aussi belles dégustations, pas question de nous contenter de Mc D... Cependant, le programme de la journée de demain étant bien chargé, nous allons faire soft et plutôt qu'aux Crayères, nous nous rendons au Jardin des Crayères, la brasserie chic et décontractée du Relais&Châteaux reimois.

Nous choisissons le menu "Autour des Produits de la Région".

Asperges vertes pochées, comté et copeaux de jambon des Ardennes

Une entrée simple mais gouteuse, bien présentée. Le comté est fabuleux.

Filet de bar "BIO OSO" aux oursins, fondue de poireaux au Champagne

Une entrée tout en délicatesse, avec une sauce tellement bonne qu'on voudrait l'avoir en soupe.





Avec ces entrées, sur les conseils de notre ami, le p'tit gars Gautier, et menu oblige, nous choisissons le Champagne Brut Nature Veuve Fourny. Un nez de fruits murs, citrus, floral. Une attaque suave, une bouche florale. Un beau vin qui se joue des asperges et accompagne divinement le bar.









Tranche de gigot d'agneau confit, faiselle d'Argonne à la menthe, Riz façon Madras, raisins, ananas, amandes

L'agneau est ultra fondant et le mélange avec la sauce mentholée prend des accents d'un mariage anglo-oriental très subtil et très gourmand.

Avec ce plat, le choix d'un vin devient problématique, pas tant par l'accord que par le choix impressionnant de vins au verre proposé. Alors, va pour les expériences. Entre un Saint-Joseph "Les Pierres Sèches" 2009 de Cuilleron, un Crozes-Hermitage 2010 de Lucie Fourel et un Fitou "Cuvée de la Cadette" 2007 du Domaine des Mille Vignes, lequel va tirer son épingle du jeu ? C'est finalement le beau fruit du Saint-Jo qui l'emporte face aux tannins du jeune Crozes et aux notes animales du Fitou.

Fines feuilles de chocolat, ganache souple au pain d'épices "Fossier"

Un beau dessert. La ganache est effectivement très légère mais les feuilles de chocolat manquent un peu de peps.

Une bonne table, de bons produits, une bonne soirée.
On sent néanmoins que la cuisine en garde sous le pied et qu'il en faudrait peu pour qu'on bascule dans un registre plus gastro que bistronomique.

A suivre...

François