Bienvenue

Bienvenue à toi, aventureux surfeur, qui vient s'échouer en quête de sens gustatif. Ici tu trouveras des récits d'agapes, des notes de dégustations bacchiques et des adresses prometteuses compilées avec amour.

vendredi 28 septembre 2012

Krug ou le champagne superlatif


Alors que j'écris ces lignes, fidèles lecteurs, l'angoisse de la page blanche m'étreint. Comment retranscrire fidèlement, sans emphase ni exagération, cette journée exceptionnelle ?

Commençons par le commencement... Accompagné du fidèle Bobosse, de l'ami Eric en GO de luxe et de quelques privilégiés, je prends le TGV à destination de Reims. Première satisfaction, outre le fait d'être en bonne compagnie, les pluies de la semaine ont cessé et le soleil brille.

A l'arrivée, nous sommes pris en charge par Julie Murez, la charmante "Hospitality Manager" de la maison Krug. Après une petite balade en mini-bus, nous arrivons à Ambonnay et plus précisément au sein du Clos d'Ambonnay.



0,68ha de pinot noir, clos de murs comme il se doit. Environ 4000 bouteilles par an en sortent. Une rareté qui explique son prix élevé. Quant à savoir s'il est justifié, nous en reparlerons...


Une fois que les raisins sont vendangés et pressés, les jus sont mis en fûts de 205 litres afin d'y subir la fermentation alcoolique. Puis les vins sont mis en cuve inox pour le reste de l'élevage.



Les fûts non utilisés sont mis "en eau", c'est-à-dire remplis d'eau et arrosés tous les jours afin de détecter les éventuelles fuites qui nécessiteront la réparation, voire le remplacement des douelles, car la politique de Krug est de ne pas utiliser de fût neuf.


Chaque fût est doté d'une plaque portant un code barre et une identification particulière : l'année du fût, les initiales du tonnelier et son propre numéro.


Le contenu est identifié par le nom du village ou de la parcelle (AM : Ambonnay, AMK : Clos d'Ambonnay), le numéro de parcelle et le numéro de lot.

Nous poursuivons en direction de la Côte des Blancs jusqu'au Mesnil-sur-Oger et le Clos du Mesnil.



1,8 ha de chardonnay pour environ 12000 bouteilles. Nous profitons de la météo clémente pour nous promener dans les rangs de vigne.


Contrairement au Clos d'Ambonnay où les quelques grappes non vendangées l'étaient à raison par manque de maturité, les raisins que nous grapillons sont bien sucrés.



Retour vers le bâtiment du Clos pour la dégustation du Clos du Mesnil 2000, dernier millésime mis en vente.



Le nez est discret. La bouche est vive, minérale, toute en agrumes et en acidité. Sous les agrumes, on sent une trame fine de groseille. Belle longueur. Très Bien mais encore bien jeune...


Retour à Reims, au siège de la maison. Dans la cour, encore des fûts (et un facétieux compagnon).


Nous pénétrons dans l'ancienne maison de famille pour prendre l'apéritif à la Grande Cuvée.


Contrairement à l'idée générale d'une entrée de gamme, La Grande Cuvée est élaborée et considérée comme la cuvée de prestige de Krug. Jusqu'à 120 échantillons et 10 millésimes la composent au terme d'un processus de sélection pour le moins fastidieux. Cependant, le résultat est à la mesure du travail engagé. Une bulle fine, un nez complexe et une bouche ample et tout aussi complexe.


Nous poursuivons avec le Vintage 2000. Si la Grande Cuvée est une Jaguar, le Vintage est d'une classe et d'un équilibre supérieur, racé comme une Aston-Martin.


Nous passons dans la salle à manger. Le Vintage accompagne l'entrée de notre déjeuner : Ballottine de saumon fumé à l'huile de noisette, mousseline de homard et pousses d'épinards crues. L'accord est superbe, les notes minérales du vin se mêlent avec élégance aux saveurs iodées.



Nous découvrons Krug Rosé sur le plat : Croustillant de noisette d'agneau au thym frais, le jus de viande et tronçon de pomme croquette truffée.


Très bel accord entre une viande parfaitement cuite et un vin au toucher presque tannique, loin du panier de fruits rouges.


Retour de la Grande Cuvée pour le dessert : Tarte tiède de pommes rôties aux graines de pollen, émulsion de miel. Le dessert est savoureux mais c'est l'accord le moins convaincant.

Un café/thé et en route pour la visite des caves.





Dans les galeries, nous passons des alignements de bouteilles aux pupitres puis aux cuves.


Petite particularité, Krug dispose de cuves doubles (20hl + 10hl) qui permettent de travailler sur des petits volumes et de gagner de l'espace de stockage.



Derrière une grille bien verrouillée, les bouteilles de l'oenothèque sommeillent...

Retour à l'air libre et petite pause avant de passer dans la salle de dégustation. Première surprise ! 4 verres nous attendent...


Seconde surprise, nous commençons par le Clos d'Ambonnay 1998. Que nous attend-il ensuite ??


Troisième millésime produit (après 1995 et 1996) et dernier mis en vente, il présente une robe saumonée, tirant sur l'orangé. Le nez est puissant et profond, mandarine, presqu'exotique (papaye/goyave). La bouche est vineuse, tout aussi impressionnante de volume que le nez et quelle longueur (!) sur des notes d'orange qui feraient penser à un vin évolué s'il n'était si jeune. Le notion de jeunesse étant, chez Krug, toute relative au regard des délais d'élevage et de vieillissement en bouteille avant la mise sur le marché. A l'aération, le nez évolue vers le café torréfié, puis la réglisse. C'est un grand vin mais son prix reste tout de même bien trop élevé.


Pour comparer, le second vin servi est le Vintage 1998. Cependant, la comparaison s'arrête là car les deux vins sont totalement différents. L'assemblage est de 40% de chardonnay et au plus de 20% de pinot meunier, le reste en pinot noir.


Une robe or, un nez frais de céréale (riz) malgré une petite réduction. L'attaque est vive puis la bouche s'épanouit en rondeur, bien équilibrée par l'acidité. Une finale d'acides d'agrumes (citron/pamplemousse) et grillée.


Troisième dégustation de la Grande Cuvée, toujours plaisante et intéressante.


La dernière bouteille dégustée est une très belle surprise : Collection 1989. Cette bouteille prouve que les champagnes ont besoin d'un peu de vieillissement pour gagner en complexité, particulièrement ceux de Krug.


Dégorgé en 1999-2000, il présente une robe or foncé. Le nez est en retenue, écorce d'orange et réglisse. La bouche est riche, une belle fraîcheur de bulle fine, une belle liqueur et un toucher de bouche magique. Belle longueur sur le café, l'orange et la nèfle.

En conclusion, je ne remercierai jamais assez Eric G. pour l'excellente organisation de cette journée et l'exceptionnelle qualité des vins dégustés. Krug mérite bien tous les superlatifs qu'on accorde à ses vins. Regrettons cependant leur rareté (80% partent à l'export) et leurs tarifs logiquement prohibitifs. Néanmoins, si l'occasion se présente de pouvoir les déguster, ne la manquez pas.


François

2 commentaires:

Bobosse92 a dit…

Achhh, les fûts de Krug !!

François a dit…

Jawohl, lieber Freund !