Bienvenue

Bienvenue à toi, aventureux surfeur, qui vient s'échouer en quête de sens gustatif. Ici tu trouveras des récits d'agapes, des notes de dégustations bacchiques et des adresses prometteuses compilées avec amour.

samedi 19 février 2011

Connaissez-vous Cours-la-Ville ?


Un nouveau déplacement en province étant planifié, je surfe à la recherche d'une étape gourmande. Au hasard des pages, je tombe sur un restaurant sis à Cours-la-Ville, petite bourgade du Rhône, entre Roanne et Lyon. L'Hôtel-Brasserie Clorel est situé en face d'une petite place, fort utile pour se garer. A droite de l'entrée centrale, la salle du restaurant, à gauche la salle du bar de l'hôtel.

Ayant réservé, je me présente. Je suis aussitôt conduit dans la salle du bar, vide à l'exception d'une table, la mienne. Expérience surréaliste et inédite, je vais déjeuner seul dans un coin de cette grande salle alors que celle du restaurant est dressée pour un buffet d'enterrement (sic).




Pour ne pas avoir l'air trop idiot/perdu, je feuillette le Progrès de Lyon du jour en attendant mon repas. Survient l'amuse-bouche qui ne m'est pas annoncé. C'est très mignon, froid dessus (crème fouettée), chaud dessous (ça sent la morille...) et très gouteux. Devant mon air satisfait, le serveur dévoile le mystère : Cappuccino de truffe. Ça commence fort...







Nous continuons avec les Ravioles fraiches d'escargots, émulsion de langouste. Encore beaucoup de gouts, les escargots sont excellents. On pourrait souhaiter une pâte un peu plus fine mais le mélange terre-mer fonctionne bien.


J'étais parti pour continuer avec un magret de canard mais je tombe pile sur le jour de changement de carte. Je ne perds cependant pas au change avec un Demi-pigeonneau rôti, jus corsé, accompagné de légumes d'hiver. Parmi les légumes, du navet confit au miel à tomber à la renverse, du topinambour, du salsifis, des champignons et une tranche de rhubarbe dont l'acidité bienvenue vient réveiller les papilles. Un très beau plat, aussi beau visuellement que gustativement.



Une demi-bouteille de Crozes-Hermitage "Chaubayou" 2004 d'Eric Rocher lui donne la réplique de façon inspirée. Un nez de fruits noirs poivrés, une bouche équilibrée avec de beaux tannins qui méritent de s'arrondir encore un peu et une finale agréable, légèrement violette.





Le dessert s'annonçait prometteur : Gratin d'ananas et mandarines. Las, alors que j'espérais un sabayon, il s'agit plutôt d'un flan et les mandarines sont en réalité des clémentines. Je me console avec le sorbet orange sanguine.

Au final, une bonne surprise là où on ne l'attend pas avec un bon rapport qualité-prix. Si vous passez par là, pensez-y.


François

1 commentaire:

Bobosse92 a dit…

Le domaine de Champal (Eric Rocher) réalise de très beaux St Joseph (rouges et blancs), plutôt sur un équilibre "fruité et léger"
Bruno