Bienvenue

Bienvenue à toi, aventureux surfeur, qui vient s'échouer en quête de sens gustatif. Ici tu trouveras des récits d'agapes, des notes de dégustations bacchiques et des adresses prometteuses compilées avec amour.

jeudi 7 mars 2013

Dorchester Angels : Drôles de Sommelières


Il était une fois trois superbes jeunes femmes qui rêvaient de faire dégustation commune. Mais on les avait cantonnées dans leurs établissements respectifs. Alors la Dorchester Collection les a réunies. Et depuis nous ne le regrettons pas car ce sont vraiment de drôles de sommelières.


A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, Vanessa Cinti (45 Park Lane, Londres), Estelle Touzet (Le Meurice, Paris) et Alessandra Veronesi (Hotel Principe di Savoia, Milan) se sont réunies pour organiser à six mains non pas un apéritif œnologique, comparable aux Nocturnes du 228, mais trois, à Londres, Paris et Milan. Ce marathon de trois jours (consécutifs) permet de proposer aux dégustateurs les mêmes vins mais des bouchées différentes, préparées par le chef de chaque établissement.

A rencontre d'exception, lieu d'exception. Alors que nous nous attendons à être reçus dans un salon, nous sommes conduits jusqu'à un ascenseur qui nous dépose au 7ème étage, dans la Suite Belle Etoile du Meurice.

Si vous pensiez avoir un jour contemplé Paris d'en haut, depuis la Tour Eiffel, la Tour Montparnasse, le Sacré-Coeur ou les hauteurs du Mont Valérien, vous n'avez rien vu...

video

video

En effet, cette suite, située au faîte de l’hôtel, domine les toits environnants, offrant depuis sa large terrasse une vue extraordinaire (y'a pas d'autres mots) : sous nos yeux le Louvre et les Tuileries s'étalent jusqu'à la Concorde. La Tour Eiffel en majesté scintille (il est 19h). Le Musée d'Orsay et le Grand Palais commencent à s'illuminer. Derrière nous, le Sacré-Coeur. Un pas de côté et c'est la colonne Vendôme qui s'affiche devant l'Opéra Garnier. Nous n'avons jamais rien vu de pareil et c'est émerveillés que nous prenons le verre de l'amitié en compagnie des trois vedettes su jour.

Nous prenons donc l'apéritif avec le Reuilly La Raie 2011 de Claude et Nathalie Lafond. Un nez de sauvignon presqu'exotique. La bouche est sapide et aromatique (buis et exotique). Bien

Les choses sérieuses commencent avec les vins sélectionnés par Estelle.

Le premier vin est moyennement effervescent, avec un nez vif et sec de pomme granny/grillé. La bouche a des arômes de cidre et une légère note oxydative. Minéralité et acidité mordante. Le caractère Blanc de Blancs est bien là puisqu’il s’agit du BdB Les Vignes de Montgueux de Jacques Lassaigne. Bien

L’accord avec la bouchée Oursin/Crevette grillée/Shiso/Gelée citron-yuzu est quasiment évident et très équilibré : l’acidité du vin est tempérée tandis que l’aromatique du champagne prend le pas sur les notes iodées. Le mélange shiso-oursin fonctionne très bien, renforcé par le champagne.

La robe du second vin est dorée. Un nez « ciré », résiné, encore un peu floral qui prend du fruit à l’aération (framboise). La bouche oscille entre acidité et moelleux, ce qui me laisse à penser à un léger déséquilibre. La finale hydrocarbure me met sur la voie du Riesling. Ce millésime 2004 de la Cuvée Frédéric Emile du Domaine Trimbach donne l’impression qu’il est « entre deux », à la sortie de la jeunesse et pas encore à maturité, comme un ado qui aurait grandi trop vite. Bien -, à regoûter donc.

Une belle bouchée connue pour accompagner ce vin : le Tourteau percuté, huile d’olive comme un beurre blanc et chips d’algue. Divine comme toujours, son côté beurre blanc est renforcé par le vin. L’alliance algue + riesling, qui fait ressortir le côté hydrocarbure, est d’une très grande longueur en bouche.

Place aux vins (rouges) italiens, présentés par Alessandra.

Un nez profond et complexe, qui fait penser à un classique bordelais (?), fruit rouge (airelle) et truffe. La bouche est riche mais acide, un bel équilibre. Finale très aromatique : airelles, tabac, truffe/charbon de bois. C’est très beau et très surprenant car nous n’imaginions pas un vin de ce niveau dans l’appellation : Barbera d’Asti Pomorosso 2000 du domaine Coppo. Bien/Très Bien

Une Noisette d’agneau de lait aux herbes, boudin d’agneau au poivron, apparaît. La viande est fondante. L’association avec le vin donne des notes de tabac blond très plaisantes. Un accord gourmand.

Vin suivant. Un nez frais, fruits rouges (fraise, framboise), floral (immortelle, gardénia) et poudre de riz qui m’évoque un parfum de vieille dame (Sublime de Caron). La bouche est riche et fraîche avec une acidité aromatique (fraise, fraise des bois). Superbe équilibre en bouche avec une finale phénoménale et une longueur interminable. On ne sent absolument pas les 16,5° de cet Amarone della Valpolicella 2000 de Giuseppe Quintarelli. Excellent !

Une autre Noisette mais de chevreuil, plus puissante mais tout aussi fondante que l’agneau. L’accord est magique, les saveurs se prolongeant à l’infini…

Bien qu’étant physiquement à Londres, Vanessa Cinti officie au CUT, restaurant américain du 45 Park Lane. C’est donc tout naturellement qu’elle a sélectionné des vins rouges américains pour notre dégustation.

Le premier vin a un nez qui faisande, part vers l’étable, avec une touche de mûre. Une bouche fraîche et complexe, avec de l’acidité, du gras, des tannins fondus et de l’amertume en finale (bois de réglisse). Un pinot noir dont 25% est élevé dans des fûts neufs français. Un Pinot Noir 2010 sauvage, d’Antica Terra. Bien +

Sur le Foie Gras au vin de Chambertin, datte confite au citron, l’accord est parfait.

Le dernier vin a un nez profond : fumée/tabac, immortelle, guimauve, craie, fruits noirs (mûre, figue)… Une attaque puissante. La bouche est riche avec des tannins présents et une finale sucrée/shamallow. Belle longueur mais un peu d’astringence. C’est un assemblage de Cabernet Sauvignon (en majorité) et de Cabernet Franc 2007 de Viader Vineyard & Winery. Bien +

Le dessert, sobrement intitulé « Mon Chéri », est superbe. Chocolat et cerises forment un accord qui fonctionne toujours très bien. Chaque élément du dessert trouve son complément dans le vin : les tannins et le chocolat (qui fait cependant disparaître le fruit du vin), l’amertume et l’alcool des cerises. Accord extrêmement gourmand…

Pour finir sur une note de douceur, un « simple » Sorbet citron. Admirez le design, on croirait un vrai ! Sous une coque de chocolat « blanc », de la bergamote, de la menthe, du basilic et du citron. Délicieux et rafraîchissant.


Nous terminons la soirée sur la terrasse, sous les étoiles et les feux de la Ville-Lumière…

François

PS : un grand merci à Estelle pour avoir organisé cette soirée exceptionnelle. Merci également à Alessandra et Vanessa pour leur accueil, leur gentillesse et leurs vins.

Aucun commentaire: